UNE VIE BOULEVERSEE

1942. Etty Hillesum, jeune femme juive néerlandaise, ne s’y trompe pas : « On veut notre extermination complète, je le sais, je l’accepte. »

 

Décidée à ne pas se dérober au destin de masse des juifs, elle s’engage comme assistante sociale au camp de Westerbork et devient le “coeur pensant de la baraque” : mais où trouvait-elle la force de faire face à la détresse des uns, de faire front à l’ignominie des autres, avec cet inébranlable sentiment de confiance dans la Vie ? « Les mesures les plus menaçantes viennent se briser sur ma certitude intérieure… et je chante les louanges de la vie, oui, vous avez bien lu, en l’an de grâce 1942, énième année de la guerre. »

Entre théâtre et performance, le spectacle se veut art actif, soit le partage d’une expérience : celui du choc ressenti face à une telle puissance de vie et d’affirmation.

Onze petits cahiers à spirales, confiés à une amie avant le départ pour Auschwitz, retracent le chemin intérieur parcouru par cette jeune femme sensuelle et brillante mais souvent ‘‘affolée’’, vers le « sentiment grand et beau que la vie lui inspire et qu’elle éprouve le besoin de transporter intact… avant d’atteindre des jours meilleurs. »

Auteur :  D'après le journal intime d'Etty Hillesum

Mise en scène :  Jean-Claude Fall

du 26 mai au 5 juin 2016

au Théâtre de la Tempête

Pour télécharger une photo, cliquez dessus, puis une fois affichée, Clique droit / Enregistrer l'image sous.

Mention / Copyright : Marc Ginot