CORPS ETRANGERS

Une femme a trompé son mari avec le meilleur ami de celui-ci. La belle affaire !... Ce sont, paraît-il, des choses qui se font…

Mais il y a la manière. Et ici, de trahisons en trahisons, de non-dit en non-dit, c’est tout le théâtre de l’inconscient qui se déploie devant nous. 

 

 

"Par cette mise en scène de Trahisons, je voudrais procéder à l’autopsie, ou plutôt à la déconstruction, non pas de ce qui git ou s’agite en toute « trahison » (tromperie, insincérité, mensonge…), mais de ce qui s’agite ou git en tout rapport amoureux, en tout couple, même le plus heureux, même le plus insouciant, le plus « sincère »… 

Car ce n’est pas le mensonge qui est ici mis à l’étude, mais bel et bien la sincérité. 

En toute « sincérité », tel, tel et tel « mensonge ». Il faut imaginer Emma et Robert heureux. 

Cette mise en scène a l’ambition de donner à lire comment l’inconscient (pardon pour le gros mot) rôde ici partout, dans les répliques au premier abord les plus insignifiantes, et montre ici ou là le bout de son nez : quand, par exemple, après qu’Emma lui a parlé avec quelque nostalgie du temps où ils étaient amants, attablée face à lui à une table de café, Jerry lui dit « on remet ça ? » et… se lève pour aller chercher de nouvelles consommations !... "

Auteur :  Harold PINTER (Traduction D. MESGUICH)

Mise en scène :  ​Daniel MESGUICH

du 5 au 27 juillet 2014

au Théâtre du Chêne Noir - Avignon

Pour télécharger une photo, cliquez dessus, puis une fois affichée, Clique droit / Enregistrer l'image sous

Copyright / Crédit photos Chantal Palazon