ENTRE-TEMPS, J'AI CONTINUE A VIVRE

Cela se passe aujourd’hui, quelque part dans l’est de la France. Depuis plus d'un siècle, on y exploite un gisement de potasse. Le dernier puits, le "Marie-Christine", vient de fermer et c'est toute une région qui semble contrainte à s'inventer un avenir.

 

Un peu comme les personnages qui habitent ces neuf histoires. Neuf portes que l’on ouvre sur le secret d’une relation et que l’on referme aussitôt. Frères et sœurs qui dressent l’inventaire, quelques trop vieux amis, un couple d’ouvriers en mal de dimanche, un homme déguisé en animal de foire, un employé de bureau qui court après l’amour... Des gens ordinaires. En eux, rien d’héroïque. Pourtant, leur corps, leur cœur, tout leur être, portent les marques d’une blessure, parfois ancienne, qui n’a jamais guéri. Entre-temps, ils ont continué à vivre. Ils ont voulu faire « comme si » ils pouvaient oublier.

 

En ce dimanche, jour de grand remue-ménage, on défile dans les rues de la petite ville. Et dans l’intimité des maisons, les cœurs et les esprits s’agitent. Certains oseront regarder leurs démons bien en face et leur tordre le coup. D’autres seront moins téméraires. Tous, du moins, auront essayé de se libérer. Parfois, c’est l’alcool qui les y aidera. D’autres fois, le hasard d’une rencontre. C’est ce que racontent ces histoires. Des tentatives d’évasion.

du 20 novembre 2013 au 2 février 2014

au Lucernaire

 

Ecriture et mise en scène :Jacques HADJAJE

Pour télécharger une photo, cliquez dessus, puis une fois affichée, Clique droit / Enregistrer l'image sous

Crédit photoss / Copyright Pierre Dolzani