CORPS ETRANGERS

Un homme en convoite un autre. Un médecin traque un homme de grande taille, au prénom étranger, pour lui prendre son corps.


Pendant plus de trente ans, Hunter, l’anatomiste, suit et fait suivre O’Well, l’homme tranquille, tant il est fasciné par l’immense squelette qu’il devine sous la peau de sa proie. Il veut savoir de quoi ce géant est fait, comment s’articule la chair sur les os, s’il a une âme et si elle est semblable aux autres. 

Mais le grand bossu tarde à mourir…
Pourtant c’est lui qu’il veut. Cet homme si doux aux proportions démesurées. Anormales.
Et puis réclamer le cadavre d’un homme qui n’est pas d’ici, c’est moins risqué. 

 

Commence alors un étrange combat entre le médecin et la mort qu’il défie à travers les cadavres encore tièdes que son scalpel questionne sans fin.
Mais O’Well ne meurt pas.
Le médecin paie des gens pour qu’ils hâtent la fin du géant, il achète même à prix d’or le corps d’O’Well de son vivant. Sa carcasse lui est réservée.
Tout un petit peuple vit sur la mort présumée du grand homme, qui finit par se voûter de peur, puis se recroqueviller et mourir dans le lit du voisin corrompu de longue date.
Quand enfin le corps sans vie d’O’Well s’allonge sur la planche à découper de l’anatomiste, qu’advient-il ?


Le corps ne dit rien de lui-même, sinon peut-être la cruauté d’un homme à ce point aveugle et acharné dans sa quête qu’il prétend comprendre l’être humain en le désarticulant comme un pantin. Et la mort n’est pas moins encline que le corps à taire son secret.
À l’anatomiste, aveuglé par l’illusion, il ne reste que la mélancolie. Peut-être la folie…

Auteur :  Stéphanie MARCHAIS

Mise en scène :  ​Thibault ROSSIGNEUX

du 17 janvier au 16 février 2014

au théâtre de la Tempête

Pour télécharger une photo, cliquez dessus, puis une fois affichée, Clique droit / Enregistrer l'image sous

Copyright / Crédit photos Antonia Bozzi